cosima

cosima

les caprins et la figure du diable



les caprins associés au diable:

LEONARD,

Démon du premier ordre, grand maître des sabbats, chef des démons subalternes, inspecteur général de la sorcellerie, de la magie noire et des sorciers.

On l'appelle souvent le grand nègre. Il préside aux sabbats sous la forme d'un bouc de haute taille ; il a trois cornes sur la tête, deux oreilles de renard, les cheveux hérissés, les yeux ronds, enflammés et fort ouvert, une barbe de chèvre un visage au derrière.

Les sorciers l'adorent en baisant ce visage une chandelle verte à la main.

Quelque fois il ressemble à un lévrier ou à un bœuf, ou à un grand oiseau noir, ou à un tronc d'arbre surmonté d'un visage ténébreux.

Ses pattes sont toujours en forme d'oie. Il est taciturne et mélancolique.

LECHIES,

Démons des bois, espèces de satyres chez les Russes, qui leurs donnent un corps humain, depuis la partie supérieure jusqu'à la ceinture, avec des cornes, des oreilles, une barbe de chèvre, et de la ceinture en bas, des formes de bouc. Quand ils marchent dans les champs, ils se rapetissent au niveau des herbages, mais lorsqu'ils courent dans les forêts, ils égalent en hauteur les arbres les plus élevés. Leurs cris sont effroyables. Ils errent sans cesse autour des promeneurs, empruntent une voix qui leur est connue et les égarent vers leurs cavernes, ou ils prennent plaisir à les chatouiller jusqu'à la mort.


Le bouc de Mendes:

Le Bouc de Mendès est un des noms donnés à la représentation de Baphomet par Eliphas Levi au XIXe siècle. C'est un symbole bien connu en occultisme, dans certaines pratiques satanistes, ou dans certaines traditions.

On suppose que Levi c'est basé sur les descriptions du dieu bélier Banebdjedet honoré à Mendès par Hérodote :

«  Les Mendésiens, ont beaucoup de véné­ration pour les boucs et les chèvres, et plus encore pour ceux-là que pour celles-ci, et c’est à cause de ces animaux qu’ils honorent ceux qui en prennent soin. Ils ont surtout en grande vénération un bouc qu’ils considèrent plus que tous les autres. Quand il vient à mourir, tout le nome mendésien est en deuil.[1]  »

« Il arriva, pendant que j’étais en Égypte, une chose étonnante dans le nome mendésien : un bouc eut publiquement commerce avec une femme, et cette aventure fut connue de tout le monde.[2] »

Hérodote ajoute qu’en langue égyptienne, Mendès signifiait bouc. Le deuil que causait la mort du bouc rappelle celui que manifestaient les Égyptiens à la mort de leur taureau Apis.

Il porte l'étoile à cinq branches renversée sur le front, le nombre « 666 » sur l'avant bras (et non la main ou le front comme l'annonce la Bible) une croix renversée dans la main droite et brandit sa main gauche avec le signe cornu.

Dans la culture judéo-chrétienne, le Bouc de Mendès est un ange déchu, comme le rappellent ses ailes.


Symbolique:

  • Le bouc est un symbole de fécondité, lunaire et nocturne. Il est immolé par le dieu Bacchus dans la Grèce antique. Le dieu Pan, faune ou satyre fais partie des représentations les plus communes (récemment représenté par un Faune dans le film de Guillermo Del Toro, le Labyrinthe de Pan).
  • Dans les cultes sataniques, sa tête sert à chasser les mauvais esprits. La plupart des anthropologues supposent que cette pratique fut inspirée par de plus anciens rites tribaux. On retrouve dans certains cultes satanistes modernes, comme les adorateurs de Mendès cette forme de purification des impuretés de l'environnement (on suppose que le cri symbolique « une tête pour Mendès » vient du symbolisme du Bouc de Mendès)[3].
  • Par le sacrifice d'un bouc, d'où l'expression populaire « bouc émissaire » on expie les impuretés[4].
  • Au moment du jugement dernier, les pécheurs sont des boucs placés a gauche du seigneur. Le bouc est alors devenu une représentation totémique de l'Antéchrist, dans la culture judéo-chrétienne.
  • Sa forte odeur et son rôle de procréateur l'ont rapidement fait assimiler à Satan, ce dernier symbolisant la luxure, parmi d'autres péchés.
  • On offrait du lait à Apis, comme on offrait du lait au bouc. On offrait aussi au dieu Grec Priape, qui recevait du lait et du miel.
  • Le Bouc est l'un des animaux, avec le taureau, symboles à l'origine du culte du phallus.
  • On attribue aux boucs l'attribut de la fécondité, mais aussi de transmettre cette aptitude aux hommes, d'où la pratique d'accouplement d'un bouc et d'une humaine.
lien



22/04/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres